facebook

Téléphonez-nous au 819-771-1884

Pour obtenir plus de renseignements

header-pages

Échographie Pelvienne Femme

En apprendre davantage sur l’échographie pelvienne pour femme

L’échographie pelvienne de la femme est une technique d’imagerie médicale qui permet de visualiser l’intérieur du corps. On utilise un transducteur, aussi appelé ‘sonde’, qui émet des ondes sonores à haute fréquence (ultrasons). Lorsque réfléchies par les structures internes du corps, ces ondes produisent les images échographiques. L’échographie peut aussi être utile pour guider une ponction d’organe, une injection intra-articulaire ou une biopsie.

Puisque les ultrasons sont absorbés par les gaz et arrêtés par les structures dures, l’échographie n’est pas la technique d’imagerie de premier choix pour examiner certains organes tels les poumons, les intestins, l’estomac, le cerveau et les os. L’échographie n’utilise aucun rayonnement ionisant, contrairement à la radiographie, la résonnance magnétique et la tomodensitométrie. Indolore et non invasive, l’échographie peut être répétée sans risque.

L’examen est fait par un radiologue ou un technologue spécialiste de l’imagerie médicale par échographie, appelé échographiste. La patiente est allongée sur le dos ou le côté, le bas du ventre à découvert. Un gel conducteur est étalé sur la peau, ce qui facilite le passage des ultrasons et le déplacement de la sonde. L’échographie comme telle est indolore. Seule la pression de la sonde peut provoquer un inconfort.

L’échographie pelvienne, dite aussi gynécologique, est l’examen idéal pour explorer les organes et tissus de la cavité pelvienne de la femme comme : la vessie, l’utérus et son col, les ovaires, les trompes de Fallope, la paroi séreuse, la paroi muqueuse, l’endomètre, le myomètre ainsi que la vascularité utérine, ovarienne et annexielle. Le technologue balaye la surface pelvienne avec sa sonde pour étudier tous les organes: leur taille, leur forme et toutes anomalies ou irrégularités de structure. Si nécessaire, l’échographie peut aussi se faire par voie vaginale à l’aide d’une sonde spécialisée, ce qui permet d’obtenir des images plus détaillées. Dans un tel cas, la patiente, après avoir vidé sa vessie, devra retirer les vêtements du bas et adopter une position gynécologique. Les images sont reconstituées en 2D, ou même en 3D, sur un écran que regarde le technologue et/ou le radiologue.

L’échographie pelvienne fournit de nombreux renseignements, plus complets que la radiographie régulière, sur les organes tissus pelviens.

Les principaux organes explorés lors de l’échographie pelvienne chez la femme sont:

  • La vessie : Taille pleine, taille vide, paroi, jets urinaires, résidu post-mictionnel :
  • L’utérus et son col: Taille, forme, position, emplacement de stérilet, présence de débris, signes d’infection, ascites, tumeurs, fibromes;
  • Les ovaires: Taille, activités folliculaires, présence de kystes, tumeurs;
  • Les trompes de Fallope: signes d’infection. suspicion de rupture, hydrosalphinx;
  • L’endomètre: Forme, épaisseur, polypes;
  • Le myomètre: Fibromes, kystes, adénomyose.
  • la paroi séreuse: Paroi muqueuse et sous-muqueuse.

L’échographie peut également montrer des ganglions anormaux (adénopathie), la présence d’accumulation de sang ou des masses suspectes.

L’échographie peut aussi être utile pour guider des interventions chirurgicales au niveau de l’utérus, comme une ponction, une ablation, une aspiration ou une biopsie. L’échographie est une aussi une technique largement utilisée dans le cadre de traitement de l’infertilité pour le retrait des ovules ainsi que l’implantation des embryons.

Pour procéder à l’échographie pelvienne de la femme, la patiente doit nécessairement avoir la vessie pleine. Il faut alors boire environ un litre de liquide clair une heure avant l’examen et ne plus aller uriner afin de laisser le temps à la vessie de se remplir.

L’échographie pelvienne chez la femme dure environ quarante  minutes. Un rapport détaillé est établi par un radiologue puis transmis au médecin traitant du patient qui, s’il y a lieu, devra prendre des décisions quant au traitement et/ou aux examens subséquents.